Le parc locatif social

Mis à jour le 14/05/19

Paradoxalement, le Loir-et-Cher affiche à la fois une très faible part de logements sociaux parmi les résidences principales et un des taux de vacance de ce parc les plus élevés des départements français.

  1. Le parc départemental progresse légèrement
  2. Les caractéristiques du parc social
  3. Une sous-représentation du parc locatif social
  4. Un taux de vacance 2,5 fois plus élevé qu'au niveau national
  5. Un montant moyen de loyer dans le parc social des organismes HLM inférieur à ceux de la région et de la France

 

Nombre de logements sociaux des organismes HLM en Loir-et-Cher (hors logements non conventionnés appartenant à une société d'économie mixte – SEM)

 

 Nombre de logementsNombre de logements proposés à la locationNombre de logements vacantsTaux de vacance (en %) Taux de vacance de plus de 3 mois (en %)
2016 21 043 20 702 1 564 7,6 % 5,2 %
2017 21 137 20 554 1 545 7,5 % 5 %
2018  21 292 20 626 1 658 8,04 % 5,4 %

  D’après source : RPLS au 01/01 - Champ du parc locatif social - hors logements non conventionnés appartenant à une société d'économie mixte - SEM.

 

Le parc départemental progresse légèrement

 

  • 21 292 logements sociaux des organismes HLM au 1er janvier 2018 (hors logements non conventionnés appartenant à une société d'économie mixte – SEM).
  • Si l’on retire les logements vides pour cause de travaux, de démolition ou de vente, les logements d’insertion ou d’urgence gérés par les associations et les logements occupés sans contrepartie financière comme les loges de gardiens, le nombre de logements proposés à la location atteint 20 626 unités.
  • Durant l’année 2017, 172 logements ont été mis en service, soit environ 0,8 % de l'ensemble du parc. Les trois-quarts concernent des nouvelles constructions.
  • 51 sont sortis du patrimoine des bailleurs dont 24 par démolition.
  • Le parc locatif départemental des bailleurs sociaux est en légère progression de 0,7 %. Cette évolution est en deçà de celle observée  en région (+ 1,4 %) et en France métropolitaine (+ 2,6 %).

Les nouvelles mises en service en 2017

 Nombre de logementsPart en en %
Type de construction      
Collectif 67 39 %
Individuel 105 61 %
Origine des entrées dans le parc      
Construction 132 76,7 %
Acquisition 40 23,3 %

D’après source : RPLS au 01/01/18 -  Champ du parc locatif social - hors logements non conventionnés appartenant à une société d'économie mixte - SEM.

 

Les caractéristiques du parc social

  • 43 % des logements du parc actuel ont été construits avant 1975.
  • 69,9 % sont collectifs (y compris les logements étudiants) contre 74 % en Centre-Val de Loire et 84 %  en France métropolitaine.

 

 

 

Une sous-représentation du parc locatif social

  • Le Loir-et-Cher est le département de la région où le parc social est le moins étoffé. L'offre des organismes HLM représente 14,3 % des résidences principales contre 16,7 % en moyenne dans le Centre-Val de Loire et 17,1 % en France métropolitaine.

 

Un taux de vacance 2,6 fois plus élevé qu'au niveau national

  • Au 1er janvier 2018, 1 658 logements étaient vacants.
  • Le taux de vacance est quasi stable mais demeure particulièrement élevé (8,04 %), au regard des échelons régional (4,5 %) et national (3 %). Le département affiche un des taux de vacance les plus forts des départements français (6e rang sur 96).
  • Le sud-est du Loir-et-Cher apparaît particulièrement touché par le phénomène. La Sologne des Rivières y affiche par exemple un taux de vacance qui dépasse les 25 % (214 logements vacants sur 824 proposés à la location).
  • Le taux de vacance est sensiblement inférieur s’agissant des logements individuels (1,8 %) qui apparaissent plus attractifs que les logements collectifs (6 %).

 

Un montant moyen de loyer dans le parc social des organismes HLM inférieur à ceux de la région et de la France

Les loyers mensuels moyens par territoire au 1er janvier 2018

 Loyer moyen en euros par m² de surface habitable
Loir-et-Cher 4,76
Centre-Val de Loire 5,19
France métropolitaine 5,76

 D’après source : SOeS, RPLS au  01/01/2018 - Champ du parc locatif social - hors logements non conventionnés appartenant à une société d'économie mixte - SEM.
La notion de surface habitable remplace celle de surface corrigée utilisée jusqu’ici. Surface habitable : surface de plancher construite, après déduction des surfaces occupées par les murs, cloisons, marches et cages d'escaliers, gaines, embrasures de portes et de fenêtres.

RPLS au 1er janvier 2012 (première année sur le champ complet du RPLS)
Le répertoire du parc locatif des bailleurs sociaux a été mis en place en 2011, succédant ainsi à l’enquête sur le parc locatif social (EPLS). Plus de 200 organismes, représentant 1,4 % de l’ensemble du parc, répondent pour la première fois au RPLS. En effet, les organismes propriétaires de 1 000 logements ou moins au 1er janvier 2010 n’étaient pas tenu de répondre l’année dernière. Le champ géographique du répertoire au 1er janvier 2012 est la France entière (Mayotte n’est pas enquêtée dans le cadre de RPLS). Les bailleurs sociaux interrogés pour le RPLS sont définis par l’article L.411-10 du code de la construction et de l’habitation (CCH). Ces bailleurs doivent déclarer l’ensemble des logements ordinaires dont ils ont la pleine propriété ou sur lesquels ils ont un bail emphytéotique, à construction ou à réhabilitation, ou dont ils ont l’usufruit au 1er janvier de l’année de collecte ou au 1er janvier de l’année précédente. Sont exclus les logements foyers, les foyers de travailleurs et les résidences sociales. Les logements mis en service au 1er janvier de l’année de collecte sont pris en compte dans les résultats.

 

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.